La culture brésilienne

Home/La culture brésilienne
La culture brésilienne 2017-05-18T20:34:42+00:00

La culture brésilienne est à l’image du pays : immense, diverse et très colorée. Nous n’avons évidemment pas la prétention d’être pleinement exhaustif dans le panorama que nous proposons mais c’est avec beaucoup de passions et d’envies que nous souhaitons partager ce que nous en retenons.

Sur ces liens vous trouverez davantage d’images sur les Indiens du Brésil, le carnaval et le candomblé.

Nos amis les Brésiliens

bresiliens0« La plus grande richesse du Brésil, c’est le peuple brésilien » comme se plaisent à dire les Brésiliens. Quel peuple de la planète peut se prévaloir d’autant de diversité ?

Le talent de ce peuple métissé, indéniablement chaleureux, c’est d’avoir su bricoler astucieusement ses origines diverses pour fonder une culture d’une grande richesse. Mais avant d’évoquer les diverses productions du peuple brésilien, il nous importe de décrire avec nos mots l’âme brésilienne.

Les Indiens du Brésil

indiens0On compte moins d’un million d’Indiens au Brésil, à peine 0,5 % de la population répartie en plus de 200 groupes et au moins 600 territoires. Ces populations malmenées depuis le début de la colonisation connaissent depuis quelques décennies une renaissance et une affirmation de leurs présences. Ils revendiquent de plus en plus autant la paternité que le destin écologique de la culture brésilienne.

Les religions au Brésil

religion0Le Brésil est la plus grande nation catholique de la planète. L’Eglise y tient une place très importante et cimente encore la culture brésilienne .

Toutefois, la religiosité brésilienne est très ouverte et s’ouvre de plus en plus vers les églises évangéliques, l’ésotérisme et une vaste déclinaison de religions afro-brésiliennes.

D’une manière générale, depuis ses origines, le Brésil cultive le goût du spectaculaire dès qu’il est question de religieux. C’est une tradition qui n’a jamais manqué de faire tiquer le Vatican et qui se perpétue encore aujourd’hui, notamment au travers d’immenses processions annuelles.

Les Journées Mondiales de la Jeunesse programmées à Rio de Janeiro cet été s’annonçaient déjà comme une immense fête populaire. Mais c’est désormais une véritable éruption de dévotions qui accueillera le nouveau pape !

[/fusion_builder_column_inner]
 

Les Afro-Brésiliens

afros0Les Afro-Brésiliens sont, de notre point de vue, la population brésilienne qui donne tout son cachet à la culture du pays. Mais l’extraordinaire foisonnement de cette minorité est aussi conditionnée par une domination historique sans concession de la société « blanche » et en porte toujours les stigmates.

 

 

Les danses brésiliennes

danse0Ce qui frappe dans l’incroyable diversité de la culture brésilienne, c’est son folklore, la diversité de sa musique et de ses danses.

Au-delà du côté plaisant, amusant et purement technique des danses populaires brésiliennes, il nous semble important de partager la connaissance que nous en avons car la danse, comme forme d’expression corporelle, nous apprend également beaucoup de choses sur leur rapport au corps, leur sensualité et leurs façons d’aimer.

La littérature brésilienne

litterature0La littérature brésilienne est riche d’auteurs mondialement connus. De la multitude des récits symboliques du carioca Paulo Coelho à l’immense Bahianais Jorge Amado, véritable monument de la culture brésilienne, c’est avec plaisir que nous tenterons de partager la joie de nos lectures.

 


6 Comments

  1. Patricia YAYI 23 décembre 2013 at 13 h 19 min - Reply

    Bonjour M./Mme
    Je vous écris du Cameroun pour vous remercier pour la qualité de cet article.
    Je voudrais par ailleurs poser une ou deux questions, si cela ne vous dérange pas. En fait je voudrais savoir :
    1- Comment est-ce-que le Brésil a pu géré son précédent politique (colonial, militaire, démocratique) pour réussir la construction de la Nation brésilienne et devenir la puissance qu’il est aujourd’hui?
    2- Comment est-ce-qu’il s’est pris pour tourner ses divers atouts (culturels, démographiques) vers le développement?
    Je vous remercie.

    • karim@brasilpassion.com 23 décembre 2013 at 17 h 01 min - Reply

      Bonjour Patricia.
      Merci pour vos encouragements, cela fait toujours plaisir ! Et surtout je vous remercie de poser 2 questions aussi intelligentes.


      1- Comment est-ce-que le Brésil a pu géré son précédent politique (colonial, militaire, démocratique) pour réussir la construction de la Nation brésilienne et devenir la puissance qu’il est aujourd’hui?


      La construction d’un récit national constitutif d’une identité brésilienne va s’élaborer dès la Première République ( 1889, soit un an après l’abolition de l’esclavage). Or, jusqu’aux années 1930 et l’élection de Getulio Vargas, cette identité va s’écrire à rebours de la « négritude » du Brésil. Au nom de la supériorité supposée de l’homme blanc, théorisée depuis l’Europe coloniale au temps des évolutionnismes racistes, la première geste nationale brésilienne aura pour leitmotiv de considérer la matrice multiculturelle du Brésil comme une tare, un défaut qui expliquait à lui seul le « retard » de la société brésilienne. Il s’agissait alors littéralement de blanchir le sang du Brésilien en intégrant un maximum de colons européens dans la jeune nation. Le recours à cette main d’œuvre européenne se fit au détriment des afro-brésiliens, nouvellement libres mais peut-être plus misérables que jamais … (cf http://www.brasilpassion.com/discrimination-raciale-au-bresil.html). Poussés par la misère et la faim, les afro-brésiliens vont commencer à migrer vers les grands centres industriels du Sud-Est et s’entasser dans les bas-quartiers.


      Le Brésil demeure aujourd’hui un pays profondément inégalitaire. Les inégalités de revenu sont toujours particulièrement criantes entre Noirs et Blancs mais aussi entre Hommes et Femmes ( voir tableau ici http://www.brasilpassion.com/racisme-au-bresil.html). Toutefois, depuis les années 1930, le pouvoir Brésilien va changer d’approche dans la définition de l’homme brésilien : plutôt que d’avoir un discours d’exclusion, le discours Brésilien va s’ingénier à intégrer toutes ses composantes ehniques et se fabriquer un folklore national. L’édifice théorique de cette nouvelle approche tient dans l’ouvrage de Gilberto Freyre, Maîtres et Esclaves (1933), qui célèbre le métissage fondateur du Brésil, observable dans toutes les institutions ( le langage, la famille, les religion etc sont marqués par tout un tas d’apports extra-européens cf http://www.brasilpassion.com/candomble.html#prettyPhoto). C’est au travers de ce discours que toute la société brésiliennes va s’approprier les arts noirs ( musiques, danses, chants). La capoeira, longtemps prohibée, va devenir un sport national avec des académies qui vont accueillir de plus en plus de blancs. Les afro-brésiliens vont avoir le droit de participer au Carnaval, jusqu’à se l’approprier tout à fait. Certains afro-brésiliens vont être recruté dans des clubs de football professionnel et faire briller les couleurs du Brésil à l’international (http://www.brasilpassion.com/leonidas-da-silva.html).

      C’est donc au travers de l’élaboration d’une culture brésilienne profondément métissée que le Brésil va s’inventer comme nation. La puissance créative et technique du Brésil va s’exprimer fièrement dans l’inauguration de Brasilia en 1960. Cette ville, située plein cœur du Brésil, se veut un symbole d’unité autant qu’une prouesse architecturale, urbanistique et de construction civile ( cette ville a été bâtie en moins de 4 ans !!!).

      2- Comment est-ce-qu’il s’est pris pour tourner ses divers atouts (culturels, démographiques) vers le développement?

      Pour les atouts culturels : dans un monde capitaliste, ce sont des marchandises. Et les Brésiliens les exportent très bien et de mieux en mieux ( musiques, capoeira, footballers …). Les académies de capoeira sont de merveilleuses ambassades éparpillés dans le monde entier, qui se transforment sans complexe en agence de voyage. 7300km de plage, un climat tropical, la samba et l’affabilité bien réelle des Brésiliens font le reste. Le Brésil est aujourd’hui un immense pays touristiques et compte bien montrer au monde qu’il a la capacité d’accueillir toute la planète pour des évènements ( JMJ, coupe du monde, Jeux Olympiques …)

      Pour la démographie: Les 200 millions de Brésiliens constituent un immense marché intérieur appelé à se développer à mesure que le peuple gagne de plus en plus d’argent … et se met à consommer davantage. Sous la présidence de Lula (http://www.brasilpassion.com/lula-da-silva.html), le Brésil a commencé à mettre en place un système d’aide social aussi salutaire qu’astucieux.
      Autre façon de mettre en valeur sa population : l’Éducation ! Le Brésil part de loin, a encore beaucoup à faire mais il y a du mieux et on peut compter sur la société civile pour que les choses continuent à s’améliorer. De même pour la santé.

      Les manifestations de l’été dernier, qui risquent de reprendre pendant la coupe du monde, montrent que les Brésiliens sont très engagés dans les mutations de leur société. Ils ne veulent plus se faire voler le prix de leur croissance par une corruption difficile à canaliser et des investissements contestables ( investir des millions dans des stades au détriment d’écoles et d’hôpitaux par exemple). Ces mouvements sociaux vont dans le sens dans la marche en avant du Brésil depuis le moment Lula : Lula a soigné les pauvres sans léser les riches. Mais aujourd’hui les pauvres ont certes moins faim de riz et d’haricots mais demandent de quoi se payer une voiture pour travailler, des meilleurs écoles pour leurs enfants et des hôpitaux accessibles au plus grand nombre.

      Au final, selon moi, l’avantage décisif du Brésil, c’est surtout l’optimisme du peuple Brésilien. C’est un peuple qui croit en son futur ! Pour moi qui suit Européen, la lumière que je vois dans les yeux d’un Brésilien quand on parle de demain vaut plus que toutes ces plages paradisiaques et les beaux corps qui les animent.

      Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année.

  2. IBOGAPOWER 10 juin 2014 at 15 h 06 min - Reply

    Je souhaiterais savoir si ça vous dérange pas, ce que vous entendez par « minorité noire »? Je veux juste vous rappeler que les chiffres officiels du dernier recensement de la population brésilienne de 2010 place les noir à plus de 50 à 54% de la population. Après la structure sociale de Brésil fait que les noirs sont dominés, mais représentent t-ils la ‘MINORITÉ » comme vous les qualifiez?
    Et d’ailleurs selon certains groupes associatifs noirs brésiliens, si une partie de la population n’avait pas honte de son métissage, ils disent que les noirs représenteraient ensemble avec les métisse près de 70 à 75% de la population ( c’est d’ailleurs pourquoi on dit au Brésil que seul le concierge connait qui est vraiment Afro et qui veut à tout pris ne pas être considéré comme Afro).

    • karim@brasilpassion.com 13 juin 2014 at 2 h 10 min - Reply

      Bonsoir,

      Effectivement selon les statistiques déclaratives du recensement 2010, les noirs et les métisses forment une franche majorité du pays. Mais faute d’égalité, de la même manière que les femmes en occident et ailleurs, il n’est pas abusif de traité ces groupes de couleur comme une minorité du fait de leur sous-représentation et de leur domination dans la structure socio-économique du pays.

  3. Alex 31 janvier 2015 at 23 h 16 min - Reply

    J’aime beaucoup ce que vous avez écrit et surtout vos réponses aux differentes questions .! Je vous écrit également du Cameroun ! Je suis élève en classe de terminale et on expose sur le Brésil .! Je fais des recherches sur les principaux groupes ethniques du Brésil parce que tout ce que je vois ne parle que du métissage .! Je trouve ça interradsant mais j’aimerai avoir plus de details sur à ce sujet merci

  4. ouiza 21 octobre 2015 at 11 h 43 min - Reply

    bonjour,je suis étudiante et j’ai un exposé qui porte sur le sujet des cultures brésiliennes et leurs contribution au développement local du brésil(ou bien le contraire, des obstacles pour le developpement), si vous avez quelque chose à me rajouter je serai ravis.merci

Leave A Comment