Lucas Moura : « Le petit joyau de São Paulo »

Home/Lucas Moura : « Le petit joyau de São Paulo »
Lucas Moura : « Le petit joyau de São Paulo » 2017-05-18T20:34:38+00:00

Lucas Moura, de son vrai nom Lucas Rodrigues Moura Da Silva, est né le 13 Août 1992 à São Paulo. Il démarre le football très jeune dans le club de la CA Juventus où il reste jusqu’à ses 10 ans. A l’époque, on le comparait déjà à Marcelinho Carioca tant leurs styles de jeu sont similaires. Autant dire que dès son plus jeune âge, ce joueur 1,73m ) avait déjà son propre style de jeu, tout en percussion ! Aujourd’hui encore, les télés brésiliennes l’appellent affectueusement « Marcelinho ».

Lucas Moura au Brésil

 

lula-corinthiansLa formation de Lucas Moura commence par un fiasco chez les Corinthians : le coach ne lui faisait tout bonnement pas confiance à cause de sa petite taille ! En conséquence, le père de notre athlète en herbe a décidé de prendre les choses en main en axant la préparation physique de filston avec un seul objectif : prendre en masse musculaire… Le résultat fut plutôt satisfaisant ; assez pour qu’en 2005, pour son treizième anniversaire, le jeune Lucas signe au São Paulo FC. Vous imaginez l’émoi du papa, supporter inconditionnel du SPFC ! Le rêve ne faisait que commencer…

 

Lucas se fait remarquer en 2010 lors de la Copa São Paulo de Juniores (une des compétitions juniors les plus relevées du Brésil). Ses prestations lui valent d’être promu dans l’équipe première. Dès son premier match, il brille par sa technique et ses débordements à répétition et, fait rare pour être souligné, il tape la barre transversale à 3 reprises au cours du même match !

Après ses débuts très prometteurs, il remporte le titre de « révélation du championnat du Brésil 2010 ». Dès lors, il devient un des joueurs les plus redouté du Brasileirão…

neymar_moura-guaranaIl est alors sélectionné en Janvier 2011 pour le championnat d’Amérique du Sud des moins de 20 ans. Il finit second meilleur buteur de la compétition, juste derrière son coéquipier, un certain Neymar… Il se transcende pendant la finale et inscrit un superbe triplé : l’Uruguay s’incline sur le score humiliant de 6 à 0.

Deux mois plus tard le voila appelé par la Seleção et joue 20 minutes contre l’Écosse. Mais c’est en Septembre 2011 qu’il se distingue sous le maillot auriverde en marquant un but plein d’altruisme face à l’Argentine de Léo Messi.

La saison 2011/2012 est celle de la confirmation pour le petit joyau de São Paulo. Il obtient son premier titre professionnel en remportant la Copa SudAmericana, après avoir ouvert le score et délivré une passe décisive en finale contre les Argentins du Tigre !

A la fin de la saison, il est élu meilleur attaquant du championnat en compagnie de Fred et fait partie du onze type de la Seleção. Il est également élu 3eme joueur d’Amérique du Sud derrière Neymar et Paulo Guerrero. Il acquièrt auprès des supporters la même notoriété que Neymar. Et c’est à ce moment que les grosses écuries européennes commencent à sortir leur chéquiers et à aligner les zéros.

Lucas Moura au PSG

 

Nasser_Al-Khelaifi_Lucas_and_LeonardoC’est finalement le PSG qui met le grappin sur Lucas Mouras. Le club signe avec le le joueur le 8 Aout 2012 pour la mirifique somme de 43 millions d’euros. Aucun club n’avait jamais aligné autant d’argent pour un joueur évoluant au Brésil.

Dès ses premières apparitions sous le maillot du PSG, on le sent ultra solide sur ses cannes grâce au cours de papa pour développer toute la morphologie du bas du corps. Lucas joue au poste d’ailier droit. Ses qualités de débordements apparaissent sont remarquables, ce qui ne l’empêche pas de repiquer très souvent dans l’axe. Lucas Moura a de fait toutes les qualités pour faire un très bon numéro 10 : Il sait organiser le jeu et la qualité de ses passes est impeccable. On le voit aussi quelque fois jouer comme attaquant pur. Mais son petit gabarit ainsi que son manque d’efficacité devant le but révèle que ce n’est définitivement pas son poste de prédilection…

moura-psgLucas est aussi connu pour être un garçon rangé et discret en dehors des terrains. Il à un rythme de vie paisible et sain, bien loin des frasques d’un Ronaldinho. Cela explique certainement sa propension à n’avoir quasiment jamais été blessé !

Son petit pêché mignon serait son individualisme. Mais peut-on vraiment reprocher à un joueur aussi polyvalent et talentueux de garder trop la balle ? Les supporters et ses partenaires de São Paulo ont souvent soulevé ce point noir mais c’est à mon humble avis assez discutable.
Selon moi, le vrai défaut de Lucas résiderait plutôt dans sa capacité à se concentrer pendant 90 minutes. En effet, il n’est pas rare de le voir sortir totalement d’un match, notamment lorsqu’il s’agit de match sous haute tension comme lors de certain derby paulista où on le voyait s’effacer au fil du match…

 

Dur dur de s’imposer au PSG…

 

ibrahimovicAlors qu’on annonçait Lucas comme le messie du PSG, il est très vite passé au second plan après l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic. Titulaire indiscutable avec Ancelotti, il devient un remplaçant de luxe sous la tutelle de Laurent Blanc. Comme il le dit lui-même :
 » Je suis toujours en phase d’adaptation. Je suis jeune et j’ai encore beaucoup à apprendre. J’essaye toujours d’aider l’équipe de la meilleure des manières. Je ne regrette pas d’avoir signé au PSG !  »

La rumeur d’un retour au pays au São Paulo FC a même été évoquée en début de saison… Doucement messieurs ! On parle quand même d’un joueur à 40 millions d’euros !

Mais d’où vient le malaise alors? A-t-il vraiment du mal à se trouver une place dans le collectif ? Ou y-a-t’il trop d’attente autour delucas-psg-isolé
ce gamin de 21 ans ? Peut-être oublie-t-on un peu vite que si Lucas Moura marquait beaucoup au Brésil, c’était moins lié à ses qualités de buteur qu’à son aptitude à transpercer les défenses adverses. Le véritable génie de Lucas Moura, c’est avant tout d’être un super passeur…

Alors petit conseil à Laurent Blanc : s’il perpétue son 4-4-2 avec une pointe Ibrahimovitch/Cavani, il a tout intérêt à ramplacer
Pastore par Lucas. Je ne veux pas dire que « el Flaco » (un Argentin avec un surnom pareil ! Le pauvre ! Il va se faire chambrer pendant la copa 2014 !) n’est bon qu’à brasser du vent en 10 ! Non… Loin de moi cette idée, voyons ! Je souhaite juste signifier que Laurent Blanc serait bien inspiré de laisser sa chance à Lucas en 10. Il a toutes les armes qu’il faut pour aller percuter les défenses, effacer un ou deux joueurs et décaler les 2 finisseurs… Si l’on veut espérer voir le PSG se hisser dans le dernier carré de la Champion’s League, il faudra un Lucas des grand soirs. Et mon instinct me dit qu’il va se révéler comme un véritable numéro 10 au PSG… Un chef d’orchestre comme Raï à la belle époque ! L’avenir nous le dira.

Lucas Moura en délicatesse avec la Seleção

hulkDepuis l’arrivée de Scolari à la tête de la Seleção, Hulk et Bernard ont la préférence du coach. Lucas ne fait donc plus partie du onze de départ et se cantonne à jouer des bouts de matchs par ci, par la. Il faut dire que malgré ses capacités d’accélération évidentes, il ne fait pas vraiment la différence lorsqu’il entre en jeu, et il a du mal à la mettre dans le Hulk des défenseurs… Lucas est ainsi devenu un premier choix… de banc. Et comme il le dit lui-même :

«  C’est difficile quand tu es sur le banc d’entrer en jeu et de tout casser durant quelques minutes, il me manque un peu de confiance »

 

Il va être temps de réagir et de revisser les crampons Senhor Lucas ! A ce train là, tu cours le risque de rater l’immanquable pour unseleçao-victoire international brésilien: rater le mondial 2014… Au vu de ta dernière prestation face à la Zambie et ton remplacement à la mi-temps par Jô, ça sent pas vraiment la pleine confiance de Felipão tout ça…
Acorda para Jesus Filho ! Ce serait vraiment dommage de se priver d’un talent aussi polyvalent, qui sait ravir les foules et faire le spectacle. Surtout qu’il a à peine montré un quart de l’étendue de son talent en Europe… Juninho résume le phénomène:
 » C’est un excellent joueur qui a besoin de temps. Sur les neuf derniers matchs, il en a démarré un seul. Il perd un peu confiance, mais il a la même notoriété que Neymar au pays. Il était même à un certain moment plus populaire que Neymar au Brésil. Je ne trouve pas normal qu’il soit sorti à la mi-temps contre la Zambie. Je pense que Scolari ne veut pas de Lucas. » La polémique est lancée…
Attendons donc tranquillement une soirée de Ligue des Champions, posé sur le canapé, pour voir si Lucas Moura se révèle en un magnifique meneur de jeu…

Vamos meu filho! Mostra quem manda nessa porra !

 

Leave A Comment