Le Pantanal

Home/Le Pantanal
Le Pantanal 2017-05-18T20:34:39+00:00

C’est dans le Pantanal brésilien que l’on rencontre la plus grosse concentration animale du Nouveau Monde. Outre les 250 variétés de poissons, on recense plus de 90 espèces de mammifères, 50 espèces de reptiles, et plus de 300 espèces d’oiseaux.

C’est un haut lieu de l’écotourisme au Brésil, un point de passage obligé pour tout amateur de photos animalières. Mais c’est aussi un région aux équilibres fragiles d’ores et déjà menacée par la main de l’homme.

Des bovins et des hommes

pantanal8Dans ce milieu humide, l’homme est peu présent. Sur les 140 000 km² où s’étend le Pantanal brésilien, on estime la densité de population à moins de 5 hab/km². Les pantaneiros, mélange de Blancs et d’Indiens, ont longtemps vécu isolés, se contentant d’un minimum de pêche, de chasse et de la surveillance de troupeaux semi-sauvages.

pantanal9Aujourd’hui encore, plus de la moitié de la surface du marécage est occupée par des fazendas qui s’étendent sur plus de 10 000 ha. Quelques unes dépassent même les 200 000 ha et s’apparentent à de petits villages dotés de magasins, d’écoles, de chapelles etc.

Beaucoup d’entre elles vivent en semi-autarcie une grande partie de l’année.

pantanal10Avec plus de 10 millions de bovins, l’élevage extensif est la principale activité économique de la région. Les propriétaires restent ainsi tributaires du rythme annuel de la montée des eaux, qui demeurent des moments de durs labeurs pour les gauchos (les cow-boys locaux).

Dans cette région humide et au sol souvent sableux, il faut en effet compter deux hectares par tête de bétail.pantanal11

La pêche est le deuxième secteur d’activité. Avec plus de 250 espèces de poissons répertoriés, le Pantanal est une des plus grandes réserves de poissons d’eau douce au monde. On y pêche d’énormes pacus de 80 cm, des dourados et pintados de plus de 1m50 et plus encore…

Menaces sur l’écosystème

pantanal12Le Pantanal est considéré comme patrimoine national selon la constitution brésilienne. L’UNESCO a également classé ce site dans la liste mondiale des patrimoines naturels.

Malheureusement, la difficulté de concilier les logiques du développement économique à l’équilibre écologique menace à terme la pérennité de ce milieu fragile.

pantanal13Ici, comme ailleurs, les propriétaires incendient les cerrados pour créer et améliorer la qualité des pâturages. Au nom des rendements agricoles, la concentration en fertilisants et mercure dégradent la qualité des eaux.

Cette pollution des rivières est aggravée par l’écoulement lent et difficile des eaux.

pantanal14Le braconnage est un autre fléau. En conséquence, plusieurs espèces emblématiques sont en voie d’extinction : l’ara hyacinthe, l’ara bleu, l’épervier, le tatou, le daim des marais, le jaguar, le cerf, le tamanoir, la loutre géante…

pantanal15L’élimination de certains prédateurs naturels est un autre facteur de déséquilibre. On considère qu’un à deux millions de caïmans sont abattus chaque année. En conséquence, les piranhas se multiplient et menacent la biodiversité des rivières.

Les pantaneiros chassent aussi le pantanal16tamanoir… pour le plus grand bonheur des fourmis et des termites qui infestent la région.

Même les multinationales de l’agro-business se frottent les mains et profitent de ces déséquilibres pour vendre des épandages massif de pesticides afin de lutter contre la prolifération de ces insectes.

pantanal17Cette région est aussi menacée par des grands projets d’aménagements régionaux.

Le projet de gazoduc entre la Bolivie et le Brésil ouvre certes quelques perspectives industrielles pour une région qui manque cruellement d’activité. Mais on ne peut nier les risques sur l’écosystème que va engendrer ce projet.

pantanal18Enfin, ce qui retient le plus l’attention des écologistes, c’est la future liaison qui reliera Caceres au Rio de la Plata.

L’approfondissement envisagé du Rio Paraguay pour le mettre au gabarit international se traduira inéluctablement par un assèchement progressif de ce vivier qu’est le Pantanal.

 


Découvrir d’autres destinations de voyage au Brésil :


One Comment

  1. TOUYET DIDIER 9 février 2014 at 9 h 48 min - Reply

    Bonjour

    Je suis à la recherche des éleveurs propriétaire de bovin dans cette région, le Pantanal, Mato Grosso, Cacères.
    Serait il possible de recevoir les contacts afin que je puisse entrer en relation en directe avec eux.
    Ceci pour le grand export, en moyenne de 30 à 60 000 têtes par an.

    Je vous en remercie par avance

    Dans l’attente de votre prompte réponse

    Cordialement
    Didier

Leave A Comment